Il ne reste que 138 jours pour postuler! Je veux appliquer

Date de l’expédition

Du 25 au 28 mai 2023

Date limite pour s’inscrire

15 avril 2023

Activité

Rabaska

Lieu

Réservoir Poisson Blanc, QC

Groupe d’âge

30 à 39 ans

  • En traitement*

Nombre de participants

10 maximum

Description

Cette expédition offrira à 10 jeunes qui sont présentement en traitement ou en rémission de cancer, ou ayant des limitations suite au cancer, de vivre une expérience en nature où le niveau de défi et la taille du groupe seront adaptés.

La première journée, nous nous rencontrerons à Montréal ou Gatineau, pour ensuite faire le trajet ensemble en autobus jusqu’au Camp Air Eau Bois, où nous passerons notre première nuit. Nous prendrons le temps de faire connaissance et d’apprendre les techniques de canotage qui nous serons utiles pour notre expédition sur le réservoir Poisson Blanc. Nous pourrons nous familiariser avec nos embarcations, de grands rabaskas, permettant d’embarquer une dizaine de pagayeurs. En soirée, nous aurons le temps de préparer nos bagages et nous profiterons du chaleureux salon du gîte pour faire une petite soirée de discussion.

Le lendemain matin, après avoir pris notre déjeuner, il ne nous restera qu’à empaqueter la nourriture pour notre départ d’expédition. Une fois tous les bagages bien installés dans nos rabaskas, nous partirons pour 3 jours et 2 nuits d’expédition, explorer les beautés de la nature sauvage de l’Outaouais. Sur le réservoir Poisson Blanc, nous pourrons admirer de grands pins blancs et si nous sommes attentifs nous pourrons certainement observer plusieurs espèces d’oiseaux et de petits mammifères. Si notre groupe a envie d’un peu plus de défi, il nous sera possible de se rendre sur un plus petit lac isolé en faisant un portage. Comme les voyageurs d’autre fois, nous portagerons notre matériel et notre embarcation par un sentier qui nous permettra d’explorer un autre plan d’eau. C’est donc tous ensemble que nous vivrons au rythme des nomades en nous déplaçant sur l’eau avec les bagages nécessaires. Le soir venu, nous installerons le campement et préparerons le souper. Après une bonne journée à pagayer, nous pourrons nous détendre au coin du feu de camp et certainement griller quelques guimauves en se racontant des histoires.

Membres de l’expédition

Notre équipe est composée de deux facilitateurs de la fondation qui veillent au bon déroulement de l’expédition, trois logisticiens qui les appuient avec les aspects techniques de l’aventure (repas, transport, etc.), un photographe-blogueur, ainsi  qu’un médecin, une infirmière et un intervenant psychosocial, dont la mission est de voir à la bonne santé de tous les membres de l’expédition.

Géographie et histoire

À l’ouest de la réserve faunique de Papineau-Labelle, le parc régional du Poisson Blanc constitue un réservoir de 30 km de long parsemé de plus de 80 îles. Sauvages, reculés et immensément calmes, ses paysages envoûtent les amateurs de canot-camping avec de l’eau à perte de vue.

Frédéric Sauvé, Espace magazine

En passant devant de nombreuses plages sablonneuses, nous aurons plusieurs occasions de nous arrêter pour faire une pause ou pour pique-niquer. L’île Perdue, l’île à l’Aigle, l’île Mystérieuse et la Parois Éléphant deviendront notre univers, notre territoire.

Autrefois, cette région du Québec était occupée par les Algonquins. Comme son nom l’indique, le Poisson blanc est un réservoir, ce qui veut dire qu’il a été créé par l’homme. L’activité principale des colons français qui se sont installés en Outaouais est la trappe et la traite des fourrures. Dès le début du XVIII siècle, plusieurs postes de traite s’installent le long de la rivière du Lièvre. Tranquillement, l’intérêt pour le commerce des fourrures diminue et c’est en 1806 que le Bostonnais Philémon Wright démarre l’exploitation forestière en Outaouais.

L’industrie forestière de cette région tournait principalement autour du pin blanc pour la construction de navires européens. Au milieu du XIX siècle, des moulins à scie commencent à apparaître dans la région afin de transformer le bois avant de le vendre. Pour faciliter le flottage et le transport du bois, la famille McLaren entreprend des travaux de barrages et de digues le long de la rivière du Lièvre. C’est autour de 1930 que l’on voit donc apparaître le Réservoir Poisson Blanc formé lors des inondations causé par ces infrastructures.

En 1993, la drave cesse sur la rivière du Lièvre et c’est le début du développement récréotouristique. Plusieurs parcs, pourvoiries, campings et camps de vacances se sont ensuite développés le long de la rivière du Lièvre et aux abords du Réservoir Poisson Blanc.

Horaire

Ça m’intéresse!

Tu es intéressé par cette expédition? Complète le formulaire sur notre portail!

Postuler