GRANDE EXPÉDITION ÉTÉ 2016 (19-29) – JOUR 1 – Les qualités d’aventuriers à l’épreuve

La chaine humaine devant l'auberge le Tangon

Patience, entraide, créativité, travail d’équipe, voilà le genre de qualités recherchées pour partir à l’aventure. Et il a suffi d’un voyage en autobus entre Québec et Sept-Îles pour voir la chimie se former entre les 15 participants de l’expédition sur la rivière Magpie.

Quinze étrangers sont partis de Québec ce matin avec un point en commun, l’espoir de se dépasser en sortant de leur zone de confort. « C’est en se levant sur la pointe des pieds qu’on peut voir un peu plus loin », lance Mario Bilodeau, fondateur de la fondation, pour expliquer son nom.

Le plan de match : descendre la rivière Magpie, une des 10 plus belles rivières d’eau vive au monde selon le National Géographic, pendant sept jours. Première étape de l’aventure : se rendre à Sept-Îles en autobus.

À peine partis de Québec, la magie commence déjà à opérer. Les participants créent rapidement une atmosphère de partage et d’inclusion. Juste avant l’heure du diner, nous prenons le traversier pour rejoindre Tadoussac et quelques baleines en profitent pour venir nous saluer au passage. Et puis, nous profitons de la magnifique vue sur le fjord pour pique-niquer avant de repartir. La route est encore longue jusqu’à Sept-Îles!

Pour passer le temps, ça joue aux cartes et aux mimes. Puis DJ Mario, un jeune de 22 ans de l’Outaouais, nous en mets plein les oreilles avec ses compositions de musique électronique. Et c’est ensuite à Aurélie et Alexia de prendre la relève en jouant du ukulélé.

Même si c’est long, la vue est impressionnante tout au long du fleuve qui défile sous nos yeux. Vers 19h, nous arrivons enfin à l’auberge de jeunesse le Tangon, à Sept-Îles. À peine arrivé, tout le monde se met en place pour former une chaine humaine afin de décharger le bus. C’est beau à voir, car c’est exactement le but de ce genre d’expérience! Et nous ne sommes même pas encore rendus sur la rivière.

Affamés, nous nous rendons au resto… mais nous devons exercer notre patience avant de recevoir nos assiettes. Un autre bon prétexte pour socialiser et apprendre à mieux se connaître.

Ça y est, l’aventure est commencée. La glace est brisée. Et tout le monde semble l’apprécier!

Guillaume Roy, blogueur et photographe pour la fondation Sur la pointe des pieds.

Voir l’album photos sur Facebook