Date

Catégories

Expéditions

Auteur

Jean-Mathieu Chénier

Embarquement sur le Réservoir du Poisson Blanc

Click here to read this blog post in english

La magie du Réservoir du Poisson Blanc

Nous sommes sur les eaux du Réservoir Poisson Blanc. Le soleil chauffe nos visages et le vent caresse doucement nos nuques. Les reflets dans l’eau créent des étoiles éphémères et les feuilles des arbres remplissent nos oreilles d’un murmure apaisant.

Cela fait à peine quelques heures que nous sommes arrivés au camp Air-Eau-Bois et nous nous sentons déjà tellement loin de la ville et de tous ses stimuli.

Imaginez quand nous serons véritablement en expé!

Il faut avouer que nous n’avons pas perdu de temps depuis que nous sommes sortis de l’autobus qui nous a amené ici.

Aussitôt arrivés, c’est avec grand enthousiasme que Catherine, l’une de nos facilitatrices, nous a fait visiter cet endroit qu’elle affectionne particulièrement puisqu’elle y a passé plusieurs étés.

Qui seront les aventuriers qui découvriront le Poisson Blanc?

Ensuite, nous avons procédé à un bref tour de table au soleil afin que tout le monde puisse se présenter et que nous ayons une chance de nous connaitre un peu plus. Nous allions vivre de grands moments ensemble, aussi bien commencer à tisser des liens dès maintenant!

Précisons ici que les présentations se sont faites dans les deux langues et que certains étaient un peu plus à l’aise que d’autres.

« Hi, my name is Karl. I’m from the Saguenay. I’m logistic team. And that’s tout! »: après quoi il éclata de rire et déclencha du coup l’hilarité générale.

Après tout le monde a eu la chance de se présenter, nous avons pris possession des précieux barils contenant notre équipement pour les prochains jours et nous avons choisi nos chambres à l’intérieur du « Gite ». Un petit bâtiment composé de deux ailes parallèles réunies au centre par une grande salle commune qui nous servira de camp de base et de toit pour la première nuit lors de notre périple.

Bien équipés pour voguer

Une fois bien installés, Marie-Michelle, notre autre facilitatrice, a pris le temps de nous expliquer chacune des pièces d’équipement nécessaires à notre aventure tout en nous donnant des « conseils vestimentaires » pour être bien habillé tout au long de l’expé.

Conseils que nous avons pu mettre en application quelques minutes plus tard quand nous nous sommes changés avant d’aller sur le lac.

C’est donc adéquatement vêtus et un peu fébriles que nous nous sommes mis en chemin vers le lac. Quelques minutes plus tard, nous avons pu observer de nos propres yeux l’immensité du Poisson Blanc et la splendeur de ce réservoir parsemé d’îles.
C’est vraiment de toute beauté!

Après la distribution des vestes de sauvetage et des avirons, nous nous sommes mis courageusement les pieds à l’eau afin d’apprendre les techniques de bases pour avironner ainsi que les différentes règles de sécurité à suivre pour rendre notre voyage le plus agréable possible.

Maintenant que nous étions tous et toutes de véritables « pagayeurs aguerris », nous avons mis nos forces en commun et nous avons soulevé les rabaskas, ces immenses canots-voyageur pouvant transporter une quinzaine de personnes, et les avons mis à l’eau.

Tranquillement, nous avons chacun notre tour pris place au sein de nos embarcations et nous sommes partis sur le lac question de nous pratiquer un peu avant le grand départ.

S’acclimater à notre embarcation et notre environnement

Rapidement nous avons réalisé que ce n’est pas évident de se synchroniser tous ensemble pour avancer, mais qu’avec un peu de persévérance on pouvait y arriver.

Quelques coups d’avirons et quelques petites pauses plus tard, nous nous sommes arrêtés sur le Réservoir du Poisson Blanc et, une fois les deux rabaskas côte à côte, Mario, l’un des cofondateurs de la fondation Sur la pointe des pieds, nous a fait faire un exercice d’acclimatation sensorielle.

Lors de cet exercice, Mario nous a encouragé à prendre conscience de tout ce que nos sens pouvaient ressentir lorsqu’on était dans la nature. C’est à ce moment que plusieurs d’entre nous ont commencé à être pas mal plus attentifs à tout ce qui nous entourait.

C’est donc bien conscient de notre environnement que nous nous sommes mis sur le chemin du retour.

Apréhender l’aventure

De retour sur la terre ferme, il était déjà l’heure de souper.

Une fois le ventre plein de soupe et de spaghetti, nous sommes retournés au Gite pour continuer à planifier notre expé avant le grand départ.

Nous avons aussi profité de ce moment de groupe pour faire un petit retour sur notre première journée et pour partager entre nous les différentes motivations qui nous avaient poussées à participer à cette aventure. Cette discussion nous a aussi permis d’exprimer certaines de nos craintes et appréhensions face au défi qui nous attend demain.

Suite à ce partage, nous pouvons dire que deux choses sont claires : les prochains jours seront l’occasion parfaite pour se faire de nouveaux amis et plusieurs d’entre nous auront à prendre leur courage à deux mains pour réaliser l’exploit de faire pipi dans le bois.

À suivre.



New Friendships at Poisson Blanc Reservoir

The Poisson Blanc Reservoir Magic

We are on the waters of the Poisson Blanc Reservoir. The sun warms our faces, and the wind gently caresses the back of our necks. The reflections in the water create ephemeral stars, and the leaves on the trees fill our ears with a soothing murmur.

It’s been a few hours since we arrived at Camp Air-Eau-Bois and we already feel so far away from the city and its incentives.

Imagine when we will truly be on the expedition!

We must admit that we have not wasted time since we got off the bus that brought us here.

As soon as we arrived, it was with great enthusiasm that Catherine, one of our facilitators, showed us around this place she is particularly fond of; she did spent several summers there.

Who will be the adventurers to discover Poisson Blanc?

Then, we began with a quick roundtable so that everyone can introduce themselves and to have a chance to know each other a little more. We were about to experience great moments together, might as well start building links right now!

It should be noted here that introductions were in both languages and that some were a little more comfortable than others.

“Hi, my name is Karl. I’m from the Saguenay. I’m logistic team. And that’s tout!” which triggered general laughter.

After everyone had the chance to introduce themselves, we took possession of the precious barrels containing our equipment for the next days and we chose our rooms inside the “inn”: a small building consisting of two parallel wings joined in the centre by a large common room that will serve as a base camp and shelter for the first night on our journey.

Well equipped to sail

Once well settled, Marie-Michelle, our other facilitator, took the time to explain each piece of equipment necessary for our adventure while giving us “clothing advice” to be dressed adequately throughout from the expedition.

Tips that we were able to apply a few minutes later when we changed before going on the lake.
It is therefore appropriately dressed and a little fretful that we set out for the lake. A few minutes later, we were able to see with our own eyes the immensity of the Poisson Blanc and the splendour of this reservoir dotted with islands. It’s really beautiful!

After the distribution of the lifejackets and oars, we courageously set foot in the water to learn the basic techniques for paddling and the various safety rules to follow to make our trip as pleasant as possible.
Now that we were all true “seasoned paddlers,’ we put our strength in common and we raised the rabaska canoes, huge traveller canoes which can carry fifteen people, and put them in the water.
Slowly, we each took our place in our canoes and we went on the lake to practise a little before the big departure.

Becoming used to our canoe and our environment

We quickly realized that it is not easy to be synchronized to move forward, but with a little perseverance we could do it.

A few paddle strokes and a few short breaks later, we stopped at the Poisson Blanc Reservoir and, once the two rabaska canoes side by side, Mario, one of the co-founders of the On the Tip of the Toes Foundation, we did a sensory acclimatization exercise.

During this exercise, Mario encouraged us to become aware of everything that our senses can feel when we are in nature. It was at this point that many of us started to be a lot more attentive to everything around us.

It is therefore in full environmental consciousness that we started on the way back.

Apprehending the adventure

Back on dry land, it was already supper time.

Once our belly full of soup and spaghetti, we went back to the inn to continue planning our trip before the big departure.

We also took advantage of this group moment to recall our first day and to share between us the different motivations which had pushed us to take part in this adventure. This discussion also allowed us to express some of our fears and apprehensions about the challenge that awaits us tomorrow.

Following this sharing period, we can say that two things are clear: the next days will be the perfect opportunity to make new friends and many of us will have to take their courage with both hands to be able to pee in the woods.

To be continued.

Découvrez en :