GRANDE EXPÉDITION ÉTÉ 2019 (14-18) – JOUR 10 – Crépuscule

Selon les besoins en électricité, le niveau d’eau dans le réservoir de la Manicouagan est gardé plus ou moins haut pour avoir assez de réserve d’énergie pour alimenter le barrage de Manic V. De ce que j’ai compris, le niveau pourrait monter jusqu’à six mètres de plus. En observant la forêt en bordure de l’eau, la démarcation est évidente. En bas, il y a de jeunes feuillus comme du boulot tandis que les hauteurs sont dominées par les épinettes plus foncées.

 

Sur le petit paradis d’île que nous venons de quitter après un séjour de deux jours, il n’y avait aucune trace de campement à notre arrivée. Je me sentais comme si nous étions les premiers à occuper l’endroit, et cela pourrait bien être vrai. Et nous pourrions aussi être les derniers, si le niveau d’eau montait de nouveau. Les flots effaceraient alors les rares traces de notre passage ici.

 

Mais moi, je n’oublierai pas les moments uniques que j’y ai vécus.

 

Cet endroit où je me suis senti comme un dieu. Mais à force de m’enfler la tête avec mes supers pouvoirs, la nature nous a envoyé quelques solides épreuves pour que nous gardions un peu d’humilité quand même.

 

Nous avons avironné quelques 18 km aujourd’hui, notre plus grosse journée. En plus, nous avons eu le vent de front une bonne partie du trajet, avec des vagues d’au moins deux ou trois pieds. Des fois, j’avais l’impression que les rabaskas étaient comme des bouchons de liège emportés au gré des courants. Lors des pauses et à l’arrivée au dernier campement, nous avons eu droit à de solides ondées qui nous ont un brin refroidis. Et si je pensais que je savais ce que c’était un nuage de mouches noires, eh bien je me trompais. Ici, on en mange, on en respire. Elles sont partout. Même Mario a sorti son filet à moustiques!

 

Qu’est-ce que j’ai écrit là moi?

 

Notre DERNIER CAMPEMENT? Déjà? Nous voilà à quelques mètres de la route par laquelle nous allons quitter le réservoir. C’est étrange d’entendre passer les voitures et les camions qui traversent la forêt près de nous. Je me sens partagé. Une partie de moi continuerait l’aventure encore une autre semaine. On pourrait faire le tour complet du réservoir!

 

D’un autre côté, je repense à vous qui m’attendez à la maison. Avez-vous pensé à moi toutes ces journées? Je n’ai pas eu beaucoup le temps de m’ennuyer de vous je dois avouer, mais j’ai quand même pensé à vous tous les jours. J’ai aussi hâte d’être sec après un bon bain chaud et de plonger dans mon lit!

 

Au crépuscule, autour du feu de camp, nous avons chacun notre tour résumé en en mot notre aventure : vérité, connexion, inattendu, bonne expérience, amitié, rencontres, entraide, résistant, force, ensemble, déconnection de la vie normale, bien-être, rythme de la Manic, choyé, richesse, privilège, persévérance, travail d’équipe, inspirant, émerveillé, accomplissement, possibilités infinies, défi.  Ça vous donne une idée de l’ampleur de ce que vous venons de vivre!

 

C’est peut-être la fin de l’aviron, l’aventure n’est pas terminée pour autant. Demain, nous reprenons la route vers le Sud et nous passons la nuit à Pointe-aux-Outardes, près de Baie-Comeau, après une visite de barrage Manic V. Je le remercie celui-là. Ce magnifique terrain de jeu que nous venons d’explorer, c’est à lui que nous le devons.