EXPÉDITION HIVER 2017 – Jour 8 – Ces choses qui nous restent

????????????????????????????????????

Il faut avoir connu la force d’un groupe qui s’aime autant pour comprendre cette phrase : les adieux ont été très touchants.

Ce que les participants ont vécu aujourd’hui – outre une performance déchaînée de lipsync sur la populaire chanson « Don’t stop believing » dans l’autobus, – peut à première vue être interprété comme un sentiment de déchirement lors des adieux. Ils ressentent possiblement un manque après avoir été gavés de tant d’amour, de tant de plaisir…et peut-être qu’ils ressentent aussi un petit manque de sommeil après la courte nuit passée à l’auberge! Peut-être aussi qu’ils se sentent simplement contents de retrouver leurs familles, leurs amis et leurs lits.

Y’a peut-être un brin de tristesse de devoir se quitter mais ce qui reste, une fois la vague passée, c’est surtout tout ce qui s’est ancré dans nos cœurs.

Y’a les photos qu’on a prises, que vous pourrez regarder nostalgiquement, mais y’a rien comme l’authenticité de ce qu’on a ressenti.

C’est le souvenir inviolable d’avoir fait partie et d’avoir contribué à un groupe qui a fait de cette expédition une totale réussite. C’est d’avoir rencontré des personnes complètement extraordinaires avec qui bercer la même nostalgie de ce moment si important dans notre vie et qui seront aussi probablement présents des les moments importants à venir et les aventures futures. C’est aussi ce qui a changé à l’intérieur, dans l’aisance face à l’inconnu, dans la capacité de dépassement de soi ou encore dans l’acquisition d’indépendance. Y’a ces choses nous restent qui font qu’on porte une volonté toute particulière d’aller de l’avant.

Bref, ce que les participants ont vécu dans les derniers jours, c’est plutôt indescriptible. Et mes mots sont assurément trop faibles pour exprimer la puissance des émotions qui nous habitent.

Ils sont maintenant de retour à la maison.

Et y’a maintenant, à travers le Canada, 14 jeunes qui brillent d’une énergie nouvelle et puissante.

 

Isabelle Robinson, blogueur et photographe pour la fondation  Sur la pointe des pieds