EXPÉDITION ÉVASION 2018 (14-18) – JOUR 4 : Tristement, la fin…

Quelle nuit calme en comparaison avec les nuits précédentes! Pas de pluie, pas de vent, à peine de rares ronflements. Vers la fin de la nuit, j’ai quand même eu quelques sueurs froides quand j’ai entendu les loups hurler dans la forêt, pas si loin que ça.

  • Mais qu’est ce que tu racontes? Ce n’était pas des loups, c’était un couple de huards sur le réservoir.

C’est bien ce que je disais : il y avait là un couple de huards qui chantaient l’hymne au dollar canadien…

J’ai réussi à me rendormir un peu, mais pas long. Il fallait se lever de bonne heure pour revenir à l’accueil. C’est aujourd’hui le grand départ. Quoi? Il faut déjà retourner chez nous? Vous êtes certains qu’il n’y a pas une dizaine d’arbres centenaires qui sont tombés en travers de la route? Je vous l’ai dit, je suis prête à rester encore une journée ou deux.

On ramasse notre matériel, on remplit les barils étanches. Bryson et moi, nous donnons un coup de main pour défaire la tente et pour remonter le matériel de la berge vers le sommet de la butte. Combien de fois est-ce que je l’ai monté depuis 3 jours? Je commence à m’y faire, mais je suis toujours aussi essoufflée rendu à mi-pente. J’ai l’impression de m’entraîner pour un marathon! Heureusement que mes parents ne me voient pas : je n’aurais plus d’excuses pour éviter de participer aux tâches de la maison. En fait, je réalise à quel point c’est valorisant de faire sa part.

Hugo, le photographe de la Presse, nous tire tous le portrait avant l’embarquement final. À voir la grosseur de sa lentille, je suis prêt à parier que ses photos vont être pas mal plus éclatantes de luminosité que celle de notre blogueur avec la boîte d’allumettes qui lui sert d’appareil photo.

« Ce matin, c’est vous qui êtes responsables de mettre les embarcations à l’eau. On va vous donner un coup de main, mais on ne dira rien. » Ça doit être bon signe, les responsables nous font confiance. Une fois de plus, Madeline prend le leadership de manière toute naturelle, et en moins de deux, nous sommes prêts à larguer les amarres.

Il nous reste 15 minutes sur l’eau pour se rendre à la base de plein air. En fait, il reste moins de 15 minutes, parce qu’on va faire une course.

Les participants dans un rabaska, les organisateurs dans l’autre. Nous sommes chauffés à bloc, ils n’ont aucune chance contre nous. C’est vrai qu’au coup de départ, nous avons eu quelques dérapés avec la direction, mais nous nous sommes rattrapés de manière magistrale. Nous avons touché la ligne d’arrivée avec au moins 3 longueurs d’avance sur les adultes. S’ils vous disent qu’ils ont gagné, n’en croyez rien. Les vrais gagnants, c’est nous, sur toute la ligne.

  • That was a great ride!

Jack, fidèle à lui-même, sait apprécier les bons moments qui passent. Quel sourire contagieux ce gars.

Ah que la douche m’a fait du bien! Je me sens tellement plus légère!

  • How do you say « my name is…” ?

 

En attendant le diner et que tout le monde soit prêt, nous en profitons pour approfondir notre connaissance de l’autre langue officielle.

J’ai l’impression de connaître ces gens depuis des mois, pourtant nous ne nous connaissons depuis à peine quatre jours. C’est clair qu’il faut que je refasse une expédition plus longue avec la fondation sur la Pointe des pieds.

Ce soir, je retourne chez moi, puis demain, c’est de nouveau les prises de sang et la reprise de la chimio. Pick line, Port-o-Cath, pompe, soluté, décadrons, zofran… la routine. Je suis convaincue que mon système immunitaire est boosté au maximum. Amène-la ta chimio. J’y retourne avec toute une nouvelle énergie et avec le goût, plus que jamais, de vivre.